Les 4 piliers de la transformation numérique

Mise à jour : 21 décembre 2016

Les entreprises françaises sont-elles en train de rater le virage de la transformation numérique ? En retard, elles ont beaucoup de mal à assimiler les enjeux et la dimension de cette mutation. Beaucoup, perçoivent ce tsunami, comme un mouvement passager, neutre et sans effet sur leur modèle économique…Pourtant, 91% des chefs d’entreprises, craignent de se faire « ubériser ». Comment expliquer ce paradoxe ? D’un côté des craintes légitimes et de l’autre une inertie dangereuse pour leur survie.

Le contexte

Le numérique est une industrie à très fort potentiel économique. Elle pèse plus de 110 milliards d’euros dans le PIB français et concerne 1,5 millions d’emplois. 100 milliards d’euros supplémentaires pourraient être envisagés à l’horizon 2020, si la France, parvenait à combler son retard avec les pays leaders. Pour y arriver, elle a besoin d’entreprises innovantes, prêtes à affronter la troisième vague numérique, vague qui s’annonce plus haute, plus puissante et certainement plus destructrice que les précédentes…

Cette vague va amplifier les usages mobiles, installer définitivement le Cloud et l’Internet des objets. Elle va certainement consacrer les Smart Data, l’impression 3D, la santé connectée, le magasin digitalisé ou la robotique collaborative. Et probablement, dessiner les derniers traits de la réalité virtuelle.

Pourtant, à peine 30% des chefs d’entreprise considèrent la transformation numérique comme stratégique ou essentielle à leur activité

Préoccupation secondaire, les risques pesant plus lourd que les bénéfices, à la traîne et souvent sans projet, beaucoup de dirigeants ne semblent pas concernés par cette vague qui prend forme et qui va lourdement impactée leur entreprise…

 La transformation numérique c’est quoi ?

La transformation numérique est un processus global qui consiste à intégrer tous les outils technologiques disruptifs dont l’entreprise a besoin pour optimiser, faire évoluer ou transformer sa chaîne de valeur. Il s’agit d’un bouleversement radical et irréversible des fondamentaux de l’entreprise traditionnelle. Tous les métiers, toutes les fonctions de l’entreprise seront concernés : les produits, le marketing, la relation client, l’innovation, les achats, le recrutement, le management, la gouvernance, le leadership, la collecte des données ou l’environnement…

Cette transformation est d’essence culturelle plus que technologique. Pour réussir, elle a besoin de 4 piliers forts

Les 4 piliers de la transformation numérique

La transformation numérique des entreprises est l’affaire de quatre piliers indissociables : le consommateur, les entreprises, les organisations professionnelles et les pouvoirs publics.

Le consommateur

8 français sur 10, considèrent la révolution numérique comme une véritable opportunité économique. Pour 67%, elle présente plus d’avantages que de risques. Convaincus de la nécessité de cette transformation, les français ont massivement adopté les outils numériques. 4 français sur 10 disent ne plus pouvoir se passer du numérique.

Signe de cette consolidation, les pratiques sont désormais permanentes, multisupports et plus variées. 35 millions de français accèdent à Internet via leur mobile. 59% des possesseurs de smartphones se géolocalisent. 69% des français achètent sur Internet et 98% des 18-24 ans sont sur les réseaux sociaux. Sans compter, tous ces français, de plus en plus nombreux à vendre sur Internet ou à payer avec leur mobile. Selon Google, ces quatre dernières années, les recherches sur mobile ont été multipliées par quinze.

Les français ont atteint un très haut niveau de maturité numérique. Leur perception de cette révolution est désormais moins émotionnelle, moins concentrée sur les outils mais davantage portée sur leur valeur pratique…

Les Entreprises

Une étude de Capgemini Consulting affirme que les entreprises « numériquement mûres » génèrent 26% de rentabilité additionnelle et 9% de revenus en plus par salarié.

Pourtant, à peine, 30% des chefs d’entreprises français jugent la transformation numérique comme stratégique ou essentielle. Pire, 47% estiment que le numérique est un phénomène passager.
Ces deux chiffres expliquent beaucoup d’autres. 65% des entreprises françaises ont un site web contre 75% en Europe. A peine, 25% des entreprises utilisent une solution de CRM et seulement 12% utilisent des services de Cloud contre 19% en Europe.

Même si les outils digitaux forment la brique de soutien de la transformation numérique des entreprises, cette mutation n’est pas uniquement d’ordre technologique…

Avoir un site Internet, ouvrir un compte sur Facebook ou acheter en ligne, ne fait pas d’une entreprise, une entité « numériquement transformée ». Le passage au numérique est un enjeu qui dépasse les frontières de l’entreprise. C’est un projet qui concerne toute la société, à commencer par les pouvoirs publics et les organisations professionnelles.

Les organisations professionnelles

La transformation numérique souffre d’un handicap majeur : le faible niveau d’acculturation des dirigeants à la question numérique. Seuls, face à leurs inquiétudes, ils regardent ces bouleversements avec défiance, les deux pieds violemment appuyés sur la pédale de frein. On leur demande d’être en consonance avec leur époque, c’est à dire plus connectés et plus agiles. On leur réclame une disruption massive, une rupture irréversible avec des schémas anciens pour accélérer leur entrée dans le siècle numérique. Ont-elles été accompagnées dans ce processus contraignant, difficile et complexe ? Ni par les pouvoirs publics et encore moins par leurs organisations professionnelles.

En France, les organisations professionnelles bénéficient d’un maillage territorial exceptionnel. Cette présence au cœur du tissu économique local, n’a pas été exploitée pour propager le message de la transformation numérique et sensibiliser les entreprises aux impacts profonds du numérique sur leur organisation.

Chaque organisation professionnelle devrait nommer et doter de moyens, un « référent numérique » chargé de faire du sujet de la transformation une priorité opérationnelle. Encourager au plan local, la création de « commissions numériques », organiser des événements, des débats et des rencontres sur ce sujet et sans oublier, la formation de leurs salariés aux outils numériques.

Piler incontournable de cette mutation, les organisations professionnelles doivent jouer un rôle actif et plus déterminant dans la transformation numérique des entreprises…

Les pouvoirs publics

En dehors des fulgurances verbales sur la French-Tech ou sur les supposées « performances » numériques de la France, peu de choses concrètes ont été mises en place pour accompagner les entreprises à faire ce saut numérique. De Besson à Axelle Lemaire, beaucoup de ministres sont passés rue de Bercy…

Souvent sans moyens, mais presque toujours sans projet ni vision, ils ont beaucoup communiqué et très peu agi…

Les pouvoirs publics n’ont jamais pris la mesure des enjeux et des défis à relever. Ils auraient dû déclarer la transformation numérique des PME (99,8% du tissu des entreprises) comme cause nationale et orienter suffisamment de ressources vers cette priorité. Un chiffre pour rappeler l’impact potentiel de cette révolution sur la croissance de la France et la compétitivité de ses entreprises. Selon McKinsey, le numérique pourrait engendrer une valeur économique globale, d’environ 1 000 milliards d’euros en France d’ici 2025. A ce jour, notre PIB numérique est principalement porté par les consommateurs. La contribution relativement faible des entreprises, rend incertaine cette création de valeur additionnelle.

Si la technologie est la brique élémentaire de cette transformation, sa sève est culturelle et sa portée sociétale. Voila pourquoi, les pouvoirs publics doivent résolument engager leur puissance et leurs moyens au service de cette révolution.

Conclusion

Dans les grandes entreprises, cette transformation est en cours. Elle prendra du temps, mais elle se fera. En revanche, le risque est grand, de voir un très grand nombre de petites et moyennes entreprises, passer à côté de cette révolution, échouer à se transformer et rester à jamais des entreprises traditionnelles et forcément inadaptées, dans un environnement à forte empreinte numérique. Pour éviter ce risque, chefs d’entreprises, organisations professionnelle et pouvoir publics, doivent sortir de leur inertie et devenir des piliers forts de cette « économie en transformation »…

K. LEFAFTA

Transformation numérique des entreprises

©lkconseil – Transformation numérique des entreprises

 

Tags

Comments are currently closed.

top