E-COMMERCE B2C : BILAN 2010 – 2016

En dépit d’un panier moyen en baisse chronique depuis plusieurs années, le commerce en ligne français est dans une forme étincelante. Depuis 2010, quasi tous les indicateurs sont au vert : chiffres d’affaires, nombre d’acheteurs, nombre de transactions, dépense annuelle par acheteur, croissance du nombre de sites actifs… sans oublier, le commerce mobile qui représente désormais 10% de l’activité e-commerce en France.

Au delà de ces constats très favorables, quel bilan peut-on dresser sur la période 2010 – 2016 ?

Une activité en très forte croissance

En 2010, l’e-commerce français réalisait 31 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il est passé à 72 milliards d’euros en 2016, soit une croissance de 132% sur la période. Cette hausse très linéaire s’est néanmoins accompagnée d’une baisse constante du panier moyen.

La baisse du panier moyen est désormais structurelle

En 2010, les français dépensaient en moyenne 91 euros par commande. Depuis, ce montant s’est fortement effrité. Il a atteint 70 euros en 2016. Sur la période, il a perdu 23% de sa valeur. Cette baisse très ancrée est désormais une caractéristique structurelle du marché. Sur Internet, la dépense moyenne par commande se rapproche de plus en plus de la dépense moyenne en magasin qui se situe autour de 50 euros…

Mais cette baisse est largement compensée par l’arrivée de nouveaux acheteurs, par l’augmentation du nombre de transactions et la croissance du montant total dépensé par personne, sans oublier le dynamisme de l’offre, caractérisée par une forte augmentation du nombre de sites actifs…

9,4 millions d’acheteurs en plus

Sur la période, le commerce en ligne a gagné 9,4 millions de clients supplémentaires. Il est passé de 27,3 millions d’acheteurs en 2010, à 36,7 millions en 2016, enregistrant une croissance de 34%.

28 achats par personne en 2016

Le cap du milliard de transactions a été dépassé au cours de l’année 2016. Désormais, chaque français réalise 28 achats par an. En 2010, il réalisait, 12,3 transactions par an en moyenne, soit une hausse de 128% sur la période.

Une hausse de 79% du montant annuel dépensé par personne

La hausse du nombre de transactions a eu impact direct sur le montant total dépensé par personne. Cette dépense était de 1115 euros en 2010. Elle a atteint 2000 euros en 2016. Sur la période, chaque français a augmenté son budget e-commerce de 885 euros en moyenne, soit une croissance de 79%.

200 000 sites actifs en 2016

L’élargissement rapide de l’offre (nombre de sites) a joué un rôle actif dans la bonne santé du secteur. En sept ans, le nombre de sites actifs a progressé de 144%, passant de 81 900 unités en 2010 à environ 200 000 en 2016.

En revanche, 5% des sites concentrent 85% de l’activité

L’arrivée de nouveaux acteurs, n’a eu aucune influence sur la manière dont l’activité est répartie entre les différents acteurs du marché. Le e-commerce français reste une activé fortement concentrée : 5% des sites s’accaparent quasi 85% de l’activité. 61% du chiffre d’affaires est réalisé par 0,6% des sites, soit à peine 1200 sites. 78% des sites e-commerce font moins de 1000 transactions par an, dont 44% moins de 100 ventes…

Le mobile en locomotive

En 2011, l’activité m-commerce se situait autour de 400 millions d’euros et représentait 1% du commerce en ligne. En 2016, le commerce via les dispositifs mobiles se situe autour des 10% pour un chiffre d’affaires d’environ 7 milliards d’euros. Les ventes sur mobile ont progressé de 30% au cours de l’année 2016. Désormais, 26,5% des transactions passent par des dispositifs mobiles (smartphone ou tablette). Ainsi, chaque mois, 13% des français réalise un achat à partir de leurs appareils mobiles.

Amazon en pole position

63% des acheteurs en ligne ont fait au moins un achat sur Amazon en 2016. 59% des e-marchands français vendent sur sa place de marché. 16,5 millions de visiteurs uniques chaque mois sur ordinateurs et plus de 11 millions sur smartphone. La domination du géant américain laisse loin derrière des acteurs comme Cdiscount ou la Fnac.

Dans un contexte économique incertain et morose, le commerce en ligne fait figure d’OVNI. Même si le panier moyen a baissé de 23% entre 2010 et 2016, sur la même période, le chiffre d’affaires a augmenté de 132%, le nombre d’acheteur a progressé de 34%, les transactions par personne ont bondi de 128%, la dépense annuelle par acheteur s’est rehaussée de 79%, le tout, porté par un net élargissement de l’offre à travers la poussée du nombre de sites actifs: 144% sur la période. Cette dynamique sera encore à l’oeuvre en 2017. La Fevad annonce un chiffre d’affaires d’environ 80 milliards d’euros

Kamel LEFAFTA

Bilan e-commerce : 2010 - 2016

©LK CONSEIL – Bilan E-commerce : 2010 – 2016

Tags

Comments are currently closed.

top